Partenaires

Catégories

Archives

Contributeurs 2015-2016

Jean-Emmanuel Dion
Guillaume Haseneyer
Emilien Hemery
Nadine Justafré
Mattéo Jort
Nathalie Ruault
Hugues Salicé
Edgar Thomas
Papick

Contributeurs 2014-2015

Delphine Bouteillier
Jean-Emmanuel Dion
Dominique Haseneyer
Véronique Hélaine
Mathys Jame
Fabienne Jort
Nadine Justafré
Jean-Michel Marie
Angélique Olivier
Céline Richard
Guillaume Vallini
Papick

Contributeurs 2013-2014

Delphine Bouteiller
Clémence Dezier
Jean-Emmanuel Dion
Killian Duval
Morgane Haseneyer
Véronique Hélaine
Christelle Jame
Nadine Justafré
Fabienne Jort
Romain Leseney
Angélique Olivier
Cédric Revel
Guillaume Vallini
Papick

Contributeurs 2012-2013

Camille Dezier
Nadine Justafré
Dominique Haseneyer
Véronique Hélaine
Mathys Jame
Fabienne Jort
Katy Lainé
Romain Leseney
Guillaume Vallini
Papick

Contributeurs 2011-2012

Théo Cachard
Loïc Coulombel
Jean-Emmanuel Dion
Clara Farrenkopf
Dominique Haseneyer
Véronique Hélaine
Nadine Justafré
Fabienne Jort
Guillaume Jort
Marion Jort
Mattéo Jort
Katy Lainé
Josian Leseney
Gilles Pivard
Thomas Pivart
Nathalie Ruault
Guillaume Vallini
Papick

Championnat Cadets à Vernon : retour à l’esprit de combat !

Ce dimanche, les cadets ifois avaient rendez-vous à Vernon pour une nouvelle compétition dans le cadre du tournoi régional cadet ouvert aux seuls judokas dont la qualification aux « France » n’est pas acquise. Les prestations à Mur de Bretagne, il y a quelques semaines, avait laissé un sentiment désagréable et Nadine attendait ce nouveau rendez-vous avec intérêt pour mesurer les intentions des uns et des autres. Cédric Revel, Thibaud Lebas, Guillaume Haseneyer et Mattéo Jort ont donc rejoint l’ensemble des cadets normands avec plusieurs objectifs : redonner des couleurs à leurs blasons de compétiteurs et marquer des points au championnat dans la perspective qu’une qualification aux France…

Thibaud connaît son adversaire et sait déjà que la partie sera difficile. D’entrée de jeu, il montre de belles intentions, menace son adversaire et rassure son public. Malheureusement, sa première erreur est immédiatement exploitée. Thibaud chute. Touché en haut du dos, il n’est pas en mesure de sortir de l’étreinte qu’on lui impose. Il s’incline et rejoint les gradins alors que douleur et déception et douleurs se conjuguent.Le froid vient de souffler sur l’escouade ifoise.

Guillaume se lance dans son premier combat. Il envoie son adversaire au sol et prolonge avec une longue immobilisation de 20 secondes dont il sort victorieux. Il a le sourire.
Son adversaire suivant est sans doute plus lucide, plus malin et parvient à agacer Guillaume qui conteste la décision arbitrale qui le sanctionne pour bras tendus. Guillaume s’incline au terme du combat. Moins lucide, moins tranchant que d’habitude, Nadine confirme : « il n’est pas au mieux de sa forme » !

A ses yeux, on lit tout de suite la détermination de Mattéo quand il commence son tournoi. Le premier combat est expéditif ; son adversaire, mis au sol, est condamné à frapper trois fois sur étranglement. Il quitte le tatami après avoir refuser de saluer.
Mattéo récidive lors du second combat ; même détermination, même technique, même résultat.
Le troisième combat est plus disputé. Mattéo ne parvient pas à s’imposer et le golden score se profile quand à deux secondes de la fin il prend un waza-ari.

A ce moment de la compétition, les intentions des deux ifois ont réchauffé l’ambiance mais ils savent qu’il en faut un peut plus. Tout est conditionné par les repêchage. Et c’est le cas !

Guillaume remonte sur le tatami et peut envisager une troisième place. Ses arrachés ne sont pas aussi décisifs que d’habitude. Il domine mais se consumme. Il parvient malgré tout à mettre son adversaire au sol et se faufile pour l’immobiliser mais il est à deux doigts de voir la situation se retourner. Guillaume maintient son emprise et s’impose. Il rejoint les gradins tout sourire !

Mattéo est également repêché et combat alors pour la cinquième place. Il sort alors un beau ippon qui lui permet d’envisager une troisième place.
« J’étais dedans ! » confie t-il en rejoignant les gradins, médaille au cou. « Il y avait la place de trois en point mire, il fallait que je gagne !« .
Son visage ne laisse paraître que sa détermination. Il reprend sa place sa délai. C’est autrement plus convaincant qu’à Mur de Bretagne.
Au terme de son dernier combat, après un dernier salut, il exprime sa satisfaction, poings serrés, bras levés !

Avec ces deux résultats, la joie et l’enthousiasme ont gagné les tribunes rejointes par les deux médaillés !

Nadine est d’ores-et-déjà satisfaite mais elle sait que rien n’est jamais totalement gagné. Il convient d’attendre Cédric (-60 Kg) qui ferme le banc de ce dimanche de judo. A l’heure où il combat, ses copains ont terminé. Dans les gradins, les deux médailles qui viennent de tomber lui mettent inévitablement la pression. Pas facile pour lui !

Le combat est disputé et très vite, depuis sa chaise au bord du tatami, Nadine invite Cédric à prendre les initiatives. Physiquement, Cédric est bien là. Techniquement, il fait jeu égal jusqu’à être mené d’un waza-ari. Le combat devient tactique. Tout est possible alors… mais son adversaire ne lui laisse guère de temps et accélère le mouvement jusqu’au ippon, fatal. Cédric quitte le tatami. Il ne sera pas repêché ; la colère est froide ! La déception gagne les gradins…

Bilan

Thibaud et Cédric aimeraient engranger quelques succès pour se rassurer, gagner en confiance. Tous les efforts finissent par payer ! Les déceptions d’aujourd’hui permettent de construire les victoires de demain, si on y travaille (comprendre le pourquoi, se remettre en cause, travailler) !

Pour Guillaume et Mattéo, quelques points dans la besace « Championnat » qui alimente l’espoir d’aller à Ceyrat, d’autres dans la perceptive d’un deuxième Dan mais surtout un réservoir « confiance » qui retrouve des couleurs.

Nos judokas sont venus à Vernon avec des intentions bien différentes de celles affichées à Mur de Bretagne. La détermination de Mattéo, la combativité de Guillaume et même les déceptions sincères de Cédric et Thibaud montrent que nos judokas étaient là pour gagner… et ça c’est déjà combattre ! Le judo leur enseigne cet état d’esprit de combat qui leur servira lors d’un prochain rendez-vous sur le tatami, mais également tout au long de la vie !

 

Comments are closed.